Offre de bourse de Doctorat en Biologie


Description du projet : La forêt tempérée feuillue de l’est du Canada, composée majoritairement par l'érable à sucre, revêt une importance socio-économique majeure. Ce biome forestier est caractérisé par la plus forte densité humaine au Canada, et génère d’importantes retombées économiques. Par ailleurs, cette forêt génère aussi un large éventail de services écosystémiques qui ont une valeur considérable pour la société (e.g. habitat pour la biodiversité, régulation du climat, cycle des nutriments, activités récréatives, qualité de l’air, régulation du climat, pollinisation, approvisionnement en eau).

Cette forêt est soumise à de fortes perturbations en raison des activités anthropiques, dont l’industrialisation, l'urbanisation, la sylviculture et le déboisement à des fins d’agriculture intensive. Concernant la sylviculture, deux principales approches de gestion forestière sont utilisées : les coupes à blanc (ou coupes totales, aménagement équienne) et les coupes de jardinage (ou coupes partielles, aménagement inéquienne). Malgré la pratique ancienne de ces deux approches, nous ne connaissons pas encore leur impact sur la biodiversité et les services écosystémiques.

Afin d'étudier cet impact, ce projet évaluera l'effet de la gestion équienne et inéquienne sur la biodiversité des communautés d’amphibiens rencontrées dans les étangs vernaux de la forêt feuillue tempérée ainsi que sur la connectivité des populations. Ce projet se déroulera à Kenauk, une forêt privée de 230 km² sur laquelle différentes parcelles ont subi ces deux types d'aménagements. Dans un premier temps, ce projet permettra de valider l'utilisation du séquençage nouvelle génération pour obtenir une estimation précise et rapide de la biodiversité. Puis, la comparaison de la biodiversité de parcelles ayant subi des coupes totales ou partielles sera comparée à celle de parcelles n'ayant jamais été coupées afin d'estimer l'impact de différents aménagements forestiers sur la biodiversité. Enfin, l'impact de ces aménagements sur la connectivité fonctionnelle sera étudié par des méthodes de capture-marquage-recapture, télémétrie et de génétique du paysage.

Le projet sera conduit en collaboration avec Kenauk Canada et Conservation de la Nature Canada, deux des propriétaires de la propriété forestières. Il apportera des connaissances inédites permettant d'améliorer l'aménagement forestier tout en préservant la biodiversité et les services écosystémiques. Le (la) candidat(e) évoluera dans l’environnement stimulant de l’Institut des Sciences de la Forêt tempérée (ISFORT; http://isfort.uqo.ca/).


Exigences : Le (la) candidat(e) doit avoir complété une maîtrise en sciences biologiques, ou sciences connexes. Il (elle) doit être disponible pour travailler sur le terrain en forêt durant l’été 2018 (ce terrain requière une bonne condition physique) et aimer travailler en équipe. Les expériences et compétences suivantes seraient un atout:
-expérience de terrain en milieu forestier -compétences en biologie moléculaire (extraction d'ADN, PCR, qPCR, séquençage) -familiarité avec l'environnement UNIX et compétences en analyse de données (logiciel R) et programmation (Python)
-connaissance des amphibiens

Début du projet : Septembre 2017

Bourse : 20 000$/an pour 3 ans

Supervision : Yann Surget-Groba (UQO-ISFORT) et Angélique Dupuch (UQO-ISFORT)

Veuillez envoyer un relevé de notes de maîtrise, une lettre de motivation, un CV et le nom et les coordonnées de trois références à Yann Surget-Groba et Angélique Dupuch aux adresses suivantes: yann.surget-groba@uqo.ca et angelique.dupuch@uqo.ca. L’examen des candidatures se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit pourvu.