PROGRAMME OFFICIEL



  8 : 55      Mot d’introduction, Christian Messier, professeur (ISFORT-UQO, UQAM) et directeur de l’ISFORT,

Conférence d’ouverture

  9 : 00      Au-delà du Plan Forestier du Nord-Ouest : leçons tirées du passé et enjeux à venir. Conférence en anglais. Titre anglais : Beyond the Northwest Forest Plan: Lesson learned and future issues
Klaus J. Puettmann, professeur Edmund Hayes en sylviculture alternative, de l’Université de l’Oregon à Corvallis (É.-U.).

Nouveaux chercheurs de l’ISFORT

  9 : 30      Écohydrologie des écosystèmes tempérés : comment les changements environnementaux affectent-ils les bilans d’eau et d’énergie ?
Audrey Maheu, professeure et chercheure (ISFORT-UQO)

Partenaires de l’ISFORT

  9 : 55      Applications du lidar aéroporté et des images satellitaires à haute résolution spatiale pour la détection des étangs vernaux.
Philippe Bournival, ing.f., M.Sc., chercheur au Centre d’enseignement et de recherche en foresterie de Ste-Foy inc. (CERFO)

Séance 1 – Écologie animale

10 : 20      Les plantations de peuplier hybride arborent-elles les mêmes communautés d’oiseaux que les forêts naturelles?
Simon Côté-Bourgoin, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

10 : 35      Première évaluation au Québec des plantations de peuplier hybride comme habitat approprié pour les communautés de petits mammifères.
Justine Fontaine-Topaloff, étudiante à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

10 :50       Pause-santé (10 min.)

Séance 2 – Écologie urbaine et périurbaine

11 : 00      La valeur économique des services écosystémiques de la Trame verte de la Commission de la capitale nationale.
Chloé L'Écuyer-Sauvageau, étudiante à la maîtrise sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

11 : 15      Plasticité phénotypique des arbres selon un gradient d'urbanisation.
Pierre-Antoine Bouliane, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

11 : 30      La foresterie communautaire : comment peut-elle favoriser une meilleure gouvernance des forêts ?
Jean-François Bissonnette, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

Séance 3 – Courtes présentations étudiantes

11 : 45      Quand les fertilisants atteignent la forêt : étude d'un gradient de dépositions azotées chroniques dans les forêts feuillues de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. 
Eva Masson, étudiante à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

11 : 50      Impact de différentes stratégie d'aménagement sur plusieurs indicateur de biodiversité.
Benoît Gendreau-Berthiaume, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

11 : 55      Comprendre le succès d’envahissement des espèces introduites et le déclin des espèces indigènes dans les habitats perturbés : Les limaces comme sujet d’étude!
Anna Mazaleyrat, étudiante au doctorat sur mesure en biologie (ISFORT-UQO)

12 : 00      Lunch

Séance 3 (suite) – Courtes présentations étudiantes

13 : 00      Portrait des zones végétalisables du Grand Montréal : un échantillon croustillant.
Xavier W. Francoeur, étudiant au doctorat en biologie (UQAM, ISFORT-UQO)

13 : 05      Les pratiques agroenvironnementales au Québec : mieux comprendre pour agir
Ann Lévesque, étudiante à la maîtrise sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

13 : 10      Pérenniser les pratiques agro-forestières : une analyse institutionnelle et socio-écologique
Alejandra Zaga Mendez, étudiante au doctorat sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

13 : 15      Cartographier les services écosystémiques pour identifier des zones de chevauchement et intervention dans un paysage agricole
Sylvia Wood, Postdoctorante (ISFORT-UQO)

Séance 4 – Économie écologique

13 : 20      Pérenniser la reforestation via un programme de paiements pour service écosystémique, une stratégie efficace?
Frédérique Pellerin-Catellier, étudiante à la maîtrise sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

13 : 35      Analyse avantages-coûts des bandes riveraines boisées en milieu agricole et services écologiques : L’amélioration de la qualité de l’eau compense-t-elle les coûts?
Caroline Simard, étudiante au doctorat sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

13 : 50      Analyse institutionnelle sur les paiements pour les services écosystémiques dans le cadre d’initiative ALUS « Alternative Land Use Services » en Montérégie
Vijay Kolinjivadi, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

14 : 05      Pause (10min.)

Séance 5 – Aménagement, sylviculture et biodiversité

14 : 15      Interactions arbre-culture dans les systèmes agroforestiers intercalaires
Maxime Carrier, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

14 : 30      Analyse de sensibilité du paramétrage du module Forest Carbon Succession de LANDIS-II pour évaluer la dynamique du carbone des forêts tempérées des Hautes-Laurentides.
Romain Trégaro, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

14 : 45      Aménagement et intégrité forestière font-ils bon ménage?
Marie-Ève Roy, étudiante au doctorat sur mesure en biologie (ISFORT-UQO)

15 : 00      La cendre de bois diminue les émissions de gaz à effet de serre par le sol des érablières
Samuel Royer-Tardif, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

Marché de la science

15 : 20      Période plénière où les partenaires auront l’opportunité d’exprimer leurs enjeux et besoins, et les lacunes en recherche et développement.
 

16 : 30      Mot de clôture du Colloque par Christian Messier

 

5 à 7 scientifique 

« Mystères et merveilles de la forêt tempérée pluvieuse du Chili »

par Frédérik Doyon, professeur et chercheur à l’ISFORT

Résumés des conférences

Au-delà du Plan Forestier du Nord-Ouest : leçons tirées du passé et enjeux à venir. (Conférence en anglais)
Klaus J. Puettmann, professeur Edmund Hayes en sylviculture alternative, de l’Université de l’Oregon à Corvallis (É.-U.).

After the spotted owl was listed as endangered, the Northwest Forest Plan lead to establishment of  several large-scale silviculture experiments. The main goal of these experiments was to investigate whether the development of old-growth structures in even-aged, monocultures stands could be accelerated by active management. The presentations provides an overview of vegetation responses and summarizes current findings from these studies. Furthermore, it provides suggestions about upcoming research issues relevant to future challenges.

Écohydrologie des écosystèmes tempérés : comment les changements environnementaux affectent-ils les bilans d’eau et d’énergie ?
Audrey Maheu, professeure et chercheure (ISFORT-UQO)

Résumé non disponible

Applications du lidar aéroporté et des images satellitaires à haute résolution spatiale pour la détection des étangs vernaux.
Philippe Bournival, ing.f., chercheur au Centre d’enseignement et de recherche en foresterie de Ste-Foy inc. (CERFO)

Ce projet de recherche a permis de valider une méthode semi-automatisée de cartographie des étangs vernaux utilisant le lidar aéroporté et les images satellitaires à haute résolution spatiale. Inspirés de la littérature de Wu et al. 2014, la méthode combinée a permis de développer de nouveaux critères d’identification des étangs vernaux et de réduire la taille minimale d’identification à 50 m². Les nouveaux critères ont été développés à partir des indices spectraux NDVI et NDWI et de la détection de changement entre les images d’été et de printemps. Les différences des indices NDVI et NDWI ont permis de dissocier significativement les étangs vernaux des autres types de petits milieux humides et de créer une niche pour l’identification d’une nouvelle classe de milieu humide. Ce projet a permis d’effectuer la cartographie fine des étangs vernaux et de mettre à jour l’hydrographie du territoire. La cartographie fine a permis une meilleure connaissance des étangs vernaux, notamment sur le nombre, la taille et la répartition spatiale des étangs vernaux. La méthode utilisée a été validée sur le terrain au printemps 2016 à partir de 88 points de contrôle. Les résultats confirment la présence des étangs vernaux et soulignent l’importance de l’utilisation combinée du lidar et des images satellitaires temporelles pour géolocaliser les étangs vernaux.

Les plantations de peuplier hybride arborent-elles les mêmes communautés d’oiseaux que les forêts naturelles?
Simon Côté-Bourgoin, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

Les plantations de peuplier hybride utilisées en Amérique du Nord ont une structure simplifiée comparativement aux forêts naturelles (i.e., forêts matures ou régénérées naturellement après coupe) et leurs effets sur la biodiversité n'y sont pas encore bien documentés. Ainsi, l’objectif de cette étude est de déterminer l’impact de ces plantations sur les communautés d’oiseaux. Durant l’été 2016, des points d’écoute ont été effectués dans des plantations et des forêts naturelles en Estrie et en Beauce. Les résultats préliminaires n’indiquent aucune différence de richesse spécifique, mais des changements de composition d’espèces entre les plantations et les forêts naturelles.

Première évaluation au Québec des plantations de peuplier hybride comme habitat approprié pour les communautés de petits mammifères.
Justine Fontaine-Topaloff, étudiante à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

Comparativement aux forêts naturelles, les plantations ont tendance à offrir un habitat possédant une structure simplifiée. Présentement, le manque de données empiriques limite notre capacité à prédire les effets des plantations sur la faune, en particulier en Amérique du Nord. Cette étude a pour objectif d’évaluer l’adéquation des plantations de peuplier hybride (PEH) comme habitat pour les petits mammifères au Québec. Nos résultats n’ont pas permis de démontrer un effet sur l’abondance et la diversité des espèces de petits mammifères, bien qu’il fut démontré que les plantations de PEH n’offrent pas le même ensemble de micro-habitats que les peuplements naturels.

La valeur économique des services écosystémiques de la Trame verte de la Commission de la capitale nationale.
Chloé L'Écuyer-Sauvageau, étudiante à la maîtrise sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

Les infrastructures naturelles ont la capacité de produire de nombreux biens et services écosystémiques (SE), mais ces infrastructures subissent plusieurs pressions. Dans la région de Gatineau-Ottawa, la Commission de la capitale nationale (CCN) a la responsabilité de gérer plus de 55 000 hectares de milieux naturels menacés, entre autres, par la fragmentation, les changements climatiques et les espèces invasives. Dans ce contexte, notre mandat était de déterminer la valeur économique des SE produits par cette Trame verte. En utilisant des techniques de transfert de bénéfices et de prix de marché, nous avons estimé la valeur annuelle de 13 SE à 322 millions de dollars.

Plasticité phénotypique des arbres selon un gradient d'urbanisation.
Pierre-Antoine Bouliane, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

Le couvert forestier urbain nécessite d’être renouvelé continuellement afin de maintenir les services écosystémiques qui en découlent. Par contre, les facteurs biologiques expliquant la performance des espèces en milieu urbain sont largement incompris, ce qui rend difficile l’identification de nouvelles essences pour venir combler les espaces vacants. Il a déjà été avancé que la plasticité phénotypique pourrait être déterminante pour le succès urbain des arbres. Cette hypothèse a donc été testé sur six espèces urbaines différant au niveau de leur popularité et de leur stratégie de vie.

La foresterie communautaire : comment peut-elle favoriser une meilleure gouvernance des forêts ?
Jean-François Bissonnette, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

En foresterie, les approches de gouvernance reposant sur le transfert de responsabilités aux communautés locales qui dépendent des ressources forestières demeurent populaires. Cependant, bien que de nombreuses initiatives de foresterie communautaire puissent être identifiées au Québec et au Canada, la gestion à long-terme des forêts par les utilisateurs locaux demeure souvent problématique. Par ailleurs, dans les états de la Nouvelle-Angleterre, la tradition des forêts communautaires est bien installée et semble porter fruit. Ainsi, cette étude propose une comparaison de certaines initiatives de foresterie communautaire en Amérique du Nord et permet d’analyser les contextes institutionnels dans lesquelles elles s’insèrent.

Quand les fertilisants atteignent la forêt : étude d'un gradient de dépositions azotées chroniques dans les forêts feuillues de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent.
Eva Masson, étudiante à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

Les dépositions atmosphériques d’azote réactif (Natm) de sources anthropiques ont augmenté de façon draconienne depuis la révolution industrielle. Ces excès arrivent aux forêts et modifient plusieurs fonctions et services écosystémiques. La connaissance des effets des dépositions de Natm sur les écosystèmes forestiers permettra de mieux orienter les pratiques sylvicoles dans un contexte d’augmentation des émissions d’azote réactif.

Impact de différentes stratégie d'aménagement sur plusieurs indicateurs de biodiversité.
Benoît Gendreau-Berthiaume
, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

Ce projet étudie l’impact de coupes partielles 20 ans après coupe et suite à un deuxième passage de coupe (20 ans après passage initial) ainsi que des coupes totales récentes et d’il y a 20 ans sur plusieurs indicateurs de biodiversité moins étudiés (plantes herbacées, communautés microbienne des sols, la mésofaune des sols - collemboles).

Comprendre le succès d’envahissement des espèces introduites et le déclin des espèces indigènes dans les habitats perturbés : Les limaces comme sujet d’étude!
Anna Mazaleyrat, étudiante au doctorat sur mesure en biologie (ISFORT-UQO)

Les espèces envahissantes sont une menace majeure pour la biodiversité. L’étude du comportement d’Arion fuscus, une espèce envahissante de limace largement répandue dans les forêts du Québec, permettra de comprendre par quels mécanismes les espèces introduites animales deviennent envahissantes et entrainent le déclin des espèces indigènes dans les habitats perturbés.

Portrait des zones végétalisables du Grand Montréal : un échantillon croustillant.
Xavier W. Francoeur, étudiant au doctorat en biologie (UQAM, ISFORT-UQO)

Les infrastructures naturelles urbaines (INU) sont maintenant considérées comme vitales pour un bon fonctionnement des villes et pour assurer la conservation de la biodiversité et du bien-être des citoyens. Les INUs consistent au réseau écologique d’espaces verts urbains duquel émerge les fonctions et services écosystémiques nécessaires aux villes. Or, comment développer l’INU des villes malgré les limites d’espace et de ressources? Pour répondre à cette question, nous avons fait l’inventaire et le portrait des zones potentiellement végétalisables dans le contexte du Grand Montréal. Dans cette présentation, nous dévoileront les résultats d’analyses d’imagerie et d’analyses spatiales pour un secteur échantillon : le cas de Ville Saint-Laurent. Nos résultats montrent que le potentiel d’augmentation de la canopée urbaine est considérable et nos données offrent un outil cartographique précis et attendu par les urbanistes et gestionnaires du territoire.

Les pratiques agroenvironnementales au Québec : mieux comprendre pour agir.
Ann Lévesque, étudiante à la maîtrise sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

Cette recherche vise à obtenir une meilleure connaissance des besoins, contraintes, vulnérabilités, préférences environnementales et capacités de changement propres aux acteurs du milieu pour identifier des scénarios favorisant l’adoption de pratiques agroenvironnementales plus efficaces au Québec.

Pérenniser les pratiques agro-forestières : une analyse institutionnelle et socio-écologique.
Alejandra Zaga Mendez, étudiante au doctorat sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

Résumé N/D

Cartographier les services écosystémiques pour identifier des zones de chevauchement et intervention dans un paysage agricole.
Sylvia Wood, Postdoctorante (ISFORT-UQO)

Résumé N/D

Pérenniser la reforestation via un programme de paiements pour service écosystémique, une stratégie efficace?
Frédérique Pellerin-Catellier, étudiante à la maîtrise sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO)

Assurer la durabilité des initiatives de reforestation est l'un des plus grands défis auquel sont confrontés de nombreux pays en développement. La nécessité d’accroître l’étendue des connaissances empiriques sur les facteurs affectant la reconversion des terres une fois les programmes de PSE terminés se fait de plus en plus pressante, notamment en raison de la multiplication toujours croissante de ces programmes à travers le monde. Sur la base d'une étude de cas d'un programme de séquestration de carbone au Nicaragua, cette recherche vise à mieux comprendre les schémas décisionnels expliquant les choix d’utilisation des terres de petits propriétaires agro-pastoraux, dans le but d’identifier des facteurs susceptibles d’encourager la conservation de la reforestation une fois le programme terminé et d’identifier les leviers potentiels que les de PSÉ peuvent utiliser afin d’encourager l’émergence ou le maintien d’une rationalité individuelle et collective favorable à la conservation des arbres sur le long terme.

Analyse avantages-coûts des bandes riveraines boisées en milieu agricole et services écologiques : L’amélioration de la qualité de l’eau compense-t-elle les coûts?
Caroline Simard, étudiante au doctorat sur mesure en développement durable et conservation des ressources naturelles renouvelables (ISFORT-UQO

Cette étude mesure les avantages et les coûts liés à l’introduction de bandes riveraines boisées, dans le milieu agricole québécois, comme moyen de filtrer la pollution de l’eau par des charges excédentaires en phosphore. Par la méthode de l’analyse avantages-coûts, la rentabilité de trois systèmes agroforestiers a d’abord été évaluée d’un point de vue privé. Cette première partie nous a permis de déterminer que les bandes riveraines boisées ne sont pas rentables pour le producteur agricole surtout en raison de coûts d’entretien élevés. Par la suite, le coût privé a été comparé aux coûts et bénéfices sociaux attendus de l’agroforesterie. Les résultats de cette seconde analyse ont montré que les bénéfices sociaux (dont les services écologiques) liés à l’agroforesterie en milieu agricole surpassent les coûts. La conclusion principale de ce travail est qu’en introduisant la société dans l’analyse des avantages et des coûts, il a été mis en lumière que les bandes riveraines boisées constituent un moyen efficace de lutte contre la pollution diffuse d’origine agricole et ce, même si elles représentent un coût pour les producteurs agricoles.

Analyse institutionnelle sur les paiements pour les services écosystémiques dans le cadre d’initiative ALUS « Alternative Land Use Services » en Montérégie.
Vijay Kolinjivadi
, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

Ce projet vise à identifier les facteurs sociaux et institutionnels qui expliquent l'adoption d'une initiative privée qui offre des compensations financières aux agriculteurs afin d'encourager les pratiques agroenvironnementales en milieu agricole.

Interactions arbre-culture dans les systèmes agroforestiers intercalaires.
Maxime Carrier, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

Dans le contexte de l’agriculture intensive, les systèmes agroforestiers intercalaires (SAI) peuvent répondre à plusieurs enjeux environnementaux majeurs. Cependant, plus de connaissances sont essentielles pour l’optimisation de ce domaine. L’objectif principal de cette étude est donc de déterminer l’impact des SAI sur les rendements agricoles et les sols de huit sites expérimentaux du Québec. Ces variables furent mesurées dans des parcelles témoins (sans arbre) et dans les allées cultivées, à quatre distances de la rangée d’arbres. Les résultats démontrent que l’effet des SAI est plus élevé à proximité des arbres, mais affecte moins les cultures fourragères que les cultures annuelles.

Analyse de sensibilité du paramétrage du module Forest Carbon Succession de LANDIS-II pour évaluer la dynamique du carbone des forêts tempérées des Hautes-Laurentides.
Romain Trégaro, étudiant à la maîtrise en biologie (ISFORT-UQO)

Le modèle LANDIS-II, grâce à son module Forest Carbon Succession, permet de quantifier la dynamique du carbone d’un territoire forestier, à l’échelle du paysage. Un paramétrage du modèle a été réalisé pour représenter la dynamique du carbone des forêts tempérées dans les Hautes-Laurentides. Cependant, la littérature demeure peu précise sur plusieurs paramètres, il est donc important d’évaluer l’effet de la variabilité de réponses du modèle et l'adapter pour guider l'aménagement du territoire. Cette communication présente une analyse de sensibilité de certains paramètres de ce modèle.

Aménagement et intégrité forestière font-ils bon ménage?
Marie-Ève Roy, étudiante au doctorat sur mesure en biologie (ISFORT-UQO)

Présentation du projet sur l’étude des effets d’un gradient de traitements sylvicoles pratiqués en forêt tempérée sur la qualité des sols, les plantes de sous-bois (diversité phylogénétique), les fonctions des communautés microbiennes des sols et sur la productivité de matière ligneuse.

La cendre de bois diminue les émissions de gaz à effet de serre par le sol des érablières.
Samuel Royer-Tardif, Postdoctorant (ISFORT-UQO)

La cendre de bois est une matière résiduelle fertilisante tamponnant l’acidité du sol, mais qui peut également altérer les flux des trois principaux gaz à effet de serre : le CO2, le N2O et le CH4. Je présente ici les résultats d’un projet de recherche, en partenariat avec la papetière Domtar de Windsor, où les flux de ces trois gaz ont été mesurés pendant les deux années suivant l’application de cendres de bois. Nos résultats démontrent une réduction de 4-10% et de 30-65% des émissions de CO2 et de N2O, respectivement.