François Lorenzetti

Professeur en relations plante-animal et en dynamique forestière

francois.lorenzetti@uqo.ca mail_outline
819-595-3900 poste 2935

Thèmes de recherche

Régimes de perturbations naturelles, relations plante-animal, dynamique forestière, écophysiologie végétale et animale

Formation

  • 1999-2002 : Postdctorat en écologie forestière – Université du Québec à Montréal
  • 1993 1998 : Doctorat en biologie – Université d’Ottawa
  • 1991-1993 : Maîtrise en biologie – Université du Québec à Montréal
  • 1988-1991 : Baccalauréat en biologie – option écologie – Université du Québec à Montréal
  • 1987 : Certificat en sciences de l’environnement – Université du Québec à Montréal

Description des recherches

Je m’intéresse aux relations entre les plantes et les animaux à différentes échelles spatio-temporelles et à différents niveaux d’organisation. Les interactions entre la dynamique des populations de plantes et celles d’animaux présentent un intérêt particulier du point de vue fondamental et dont les résultats peuvent guider la gestion des milieux naturels ou aménagés pour leurs différentes ressources.

  • add removePublications marquantes
  • add removeProjets

    Dynamique spatiale et temporelle de l’agrile du frêne en forêt naturelle 

    J’ai entrepris d’étudier l’agrile du frêne dans le contexte des forêts naturelles car au-delà des impacts sur les forêts urbaines, la dispersion de cet insecte exotique dans la matrice forestière pourrait entraîner d’importants effets de cascades écologiques, notamment au niveau de la biodiversité des forêts ripariennes et de leur contribution à la productivité de ces milieux. Les approches que j’utilise pour étudier cet insecte exotique dans ce contexte sont multiples car je vise à comprendre les interactions écosystémiques afin de dégrossir rapidement les facteurs qui apparaissent importants et ainsi démarrer rapidement sur des pistes de solutions appliquées. Cela permet au moins les tester en gagnant un temps précieux. Ce modus operandi a bien fonctionné dans d’autres projets que j’ai menés auparavant, comme dans le cas des impacts des épidémies de la livrée des forêts sur la régénération et la dynamique forestière.

     

    Importance des frênes pour la biodiversité 

    Avec la présence de plus en plus marquée de l’agrile du frêne dans les forêts ripariennes, il apparait important de répondre rapidement à la question du rôle des frênes comme espèce clé de voute, notamment avant que la mortalité de ces essences n’ait trop progressé. Avec mon étudiant de doctorat Samuel Rosner, et ma collègue Angélique Dupuch qui agit à titre de codirectrice, nous avons entrepris d’examiner ce rôle en lien avec une espèce assurément considérée comme clé de voute dans les milieux riverains, le castor d’Amérique. Nous avons l’opportunité d’être accueilli par les gestionnaires du Parc National de Plaisance pour y réaliser ces recherches. Travailler en collaboration avec les gens du Parc nous donne par ailleurs l’occasion rêvée de partager presqu’en temps réel les progrès de nos recherches avec les personnes qui fréquente ce territoire. Les recherches menées au Parc serviront non seulement dans tout le réseau de la SÉPAQ où les mêmes problématiques se posent, mais elles pourront être utiles pour les municipalités, les MRC et différents ministères.


    Dynamique spatio-temporelle de croissance de l’érable à sucre

    J’ai un projet que je dirige, réalisé dans le cadre du programme de recherche Forêt S’Adapter, et que je réalise en collaboration avec mes collègues Frédérik Doyon et Sylvain Delagrange et le stagiaire postdoctoral Benoît Gendreau-Berthiaume, sur les trajectoires de croissance à long terme de l’érable à sucre en fonction de l’architecture des arbres, et l’influence des épidémies de la livrée des forêts sur ces trajectoires.


    Synchronisation des épidémies de la livrée des forêts

    Un nouveau projet au niveau de la génétique des populations d’un insecte épidémique, la livrée des forêts, et de la synchronisation de ses populations, est en démarrage avec mon collègue Yann Surget-Groba.

     

    Collaborations sur d’autres projets : Je collabore à plusieurs projets pilotés par ma collègue Angélique Dupuch, ce qui m’amène à codiriger une doctorante, Anna Mazaleyrat, qui effectue ses recherches sur le succès d’envahissement d’espèces exotiques, et un doctorant, Florian Mézerette, dont la recherche porte sur les effets bottom-up et top-down qui influencent la régénération de l’érable à sucre. Je collabore également avec mon collègue David Rivest sur un projet de recherche portant sur l’influence des haies brise-vent sur les conditions abiotiques et biotiques des grandes cultures. Dans cette recherche, je suis amené à codiriger une doctorante, Geneviève Gagné, au niveau des effets des haies d’arbres sur les ravageurs des cultures et leurs ennemis naturels.

    Ces collaborations me permettent d’élargir mes recherches qui concernent les espèces exotiques et de poursuivre au niveau des interactions entre les effets bottom-up et top-down qui influencent les dynamiques des populations d’herbivores.

  • add removeÉtudiants et stagiaires postdoctoraux

    Étudiants actuels

    Doctorat

    Étudiants diplômés 

    Doctorat

    • 2009-2013 Julien Moulinier

    Maîtrise

    • 2015-2018 Justine Fontaine-Topaloff
    • 2012-2014 Guillaume Perrette
    • 2012-2014 Catherine Dion
    • 2007-2009 Daniel Charbonneau

     

     

  • add removeOffre / recrutement  (à venir)

arrow_backRetour à l'équipe