Cynthia St-Amour

La modélisation spatio-temporelle multi-objectif permet, en combinant l’ingénierie du paysage et les sciences de la foresterie, d’identifier des stratégies d’aménagement forestier qui harmonisent de façon optimale l’approvisionnement en services écosystémiques. Or, les changements globaux (tels les changements climatiques, la pollution atmosphérique, les invasions d’espèces exotiques, la venue de nouvelles maladies ou pestes, etc.) modifieront la capacité des écosystèmes forestiers à fournir de tels services. Par conséquent, il est important d’inclure les effets des changements globaux dans la modélisation dès maintenant afin d’identifier des mesures d’adaptation préventives qui pourraient réduire leurs impacts.

Étude de cas : démarche développée pour un cas concret d’une forêt communautaire du Québec, qui est déjà soumise aux effets combinés de l’envahissement en sous-bois par le hêtre, de l’arrivée de la maladie corticale du hêtre et des changements climatiques. Les résultats préliminaires de modélisation montrent que les changements globaux auront un impact important sur la prestation d’écoservices valorisés par la communauté tels que la beauté des paysages et la qualité de l’habitat du grand pic. L’effet combiné de l’envahissement du hêtre en sous-bois des érablières et la maladie corticale du hêtre qui vient d’atteindre récemment la zone d’étude est la source principale de cet impact alors que l’effet de la sécheresse sur la croissance et la mortalité des arbres demeurent mineurs en comparaison. La stratégie d’adaptation testée visant à contrôler le hêtre et à modifier la composition en reboisant avec des essences résistantes à la sécheresse ne parvient que légèrement à réduire les impacts compte tenu de la lenteur relative du déploiement de la stratégie en comparaison à la vitesse que s’effectueront les effets des changements globaux. Ces résultats orientent la communauté de cogestionnaires du territoire à revoir sa stratégie d’adaptation en aménagement forestier de façon éclairée.